La prière : psaume 16 - Choisir Dieu seul contre les idoles- Claude Bédat

 I  - Le psaume 16

Garde-moi, ô  Dieu, mon refuge est en toi.

 2  J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu, mon bonheur n'est en aucun de ces démons de la terre. Ceux-là en imposent à tous ceux qui les aiment,

 4  leurs idoles foisonnent, on court à leur suite. Verser leur libation de sang ? Jamais ! Faire monter leur nom sur mes lèvres ? Jamais !

 5  Seigneur, ma part d'héritage et ma coupe, c'est toi qui garantis mon lit.

 6  Le cordeau me marque un enclos de délices, et l'héritage est pour moi magnifique.

 7  Je bénis le Seigneur qui s'est fait mon conseil, et même la nuit, mon cœur m'instruit.

 8  J'ai mis le Seigneur devant moi sans relâche ; puisqu'il est à ma droite, je ne puis chanceler.

 9  Aussi mon cœur exulte, mes entrailles jubilent, et ma chair reposera en sûreté ;

10 Tu ne peux abandonner mon âme au shéol, tu ne peux laisser ton fidèle voir la fosse.

11 Tu m'apprendras le chemin de vie ; Devant ta face, plénitude de joie, En ta droite, délices éternelles.

A part le 1er verset : « garde-moi ô Dieu, mon refuge est en toi », tout le reste du psaume est une profession de foi. Quand nous récitons le Credo, nous professons notre foi, et nous prions alors qu'en fait nous ne sommes pas habitués à voir dans ce texte une prière. Le psaume 16 nous apprend donc à vivre la profession de foi comme une prière : ainsi le Credo.

Le plan du psaume

Il est facile de diviser le psaume en deux parties. La première, versets 1 à 6, est une profession de foi anti-idolâtre. La deuxième, versets 7 à 11, exprime la joie et l'espérance du fait de croire au Dieu unique.

Explication de quelques mots

Après l'invocation « Garde-moi ô Dieu, mon bonheur est en toi », on lit : « J'ai dit au Seigneur, tu es mon Dieu ». Mais ensuite il y a des mots énigmatiques : « Aux saints, ceux dans la terre, ceux-là en imposent à tous ceux qui les aiment ». L'expression « les saints, ceux de la terre » est sans doute l'image des idoles de Canaan, qui recevaient un culte religieux. Ainsi le psalmiste confesserait qu'il s'est laissé aller aux cultes idolâtriques et que le Dieu d'Israël n'a pas toujours été son seul bien. Il est certain que la structure de la première partie est claire : elle commence par un OUI ferme à Dieu et oppose ensuite un NON aux idoles auxquels le psalmiste n'offrira plus de libations de sang parce qu'il ne vénère plus les idoles. OUI à Dieu, NON aux idoles : le psalmiste est résolu et clair. Le Seigneur est TOUT pour lui, sa PART, son HERITAGE ;

Pour le montrer, le psalmiste utilise des IMAGES : liées à l'héritage, le Seigneur est ma part d'héritage, ma coupe (coupe dans laquelle on tirait au sort tel terrain qui serait partagé entre les héritiers) ; le cordeau du verset 6 rappelle les cordes, unité de mesure pour évaluer la surface d'un terrain. Ces images d'un héritage rural évoquent en fait un héritage spirituel, car celui qui a choisi Dieu a choisi la meilleure part.

La deuxième partie du psaume met en valeur la joie et l'espérance du fait de croire. Pour exprimer la participation corporelle à la joie d'être tout au Seigneur, le psaume montre le rôle du cœur aux versets 7 et 9, l'âme au N° 10 ; par deux fois, on rappelle la droite : le Seigneur est à ma droite, verset 8, je suis en ta droite, verset 11, c'est-à-dire je suis dans une position favorable. La deuxième partie souligne le contraste VIE-MORT où la joie de la vie triomphe de la mort.

Le psaume est une prière pour un cœur qui est dans l'angoisse et la peur : le mouvement part de la certitude d'appartenir au Seigneur, et cette appartenance nourrit l'espérance que nous ne serons pas abandonnés à la mort : c'est ainsi que la joie jaillit de la vie.

Questions à nous poser

1 – Le psaume 16 professe la foi au milieu des idolâtres : n'en soyons pas surpris, car telle est bien notre situation ; c'est vrai, nous sommes entourés d'idoles très puissantes.

Ce sont les idoles : 

1. de la télévision

2. des jeux vidéo

3. du pouvoir

4. du succès

5. de la mode

6. de la pensée unique, telle qu'elle est imposée par les chaînes de télévision.

7. la sexualité

Le tableau fait comprendre l'influence de la télévision qui manipule les autres idoles.

 2 – Quelles idoles me menacent ? Desquelles suis-je l'esclave ?

Conclusion  -  Le péril qui menace le plus l'Occident ne serait-il pas de regarder l'avenir avec crainte ?  La peur actuelle des flux migratoires, le développement de DAESH ne risquent-t-ils pas de nous enfermer dans le seul PRESENT  immédiat, alors que nous devons préparer l'AVENIR ??

 

Claude Bédat