« Mon ami, monte plus haut » Luc 14,10 de Claude Bédat

Le titre de l'article est extrait du texte de Luc où Jésus dit « Lorsque tu es invité par quelqu'un à des noces, ne va pas occuper la première place, de peur qu'une personne plus considérée que toi n'ait été invitée, et que celui qui vous a invités l'un et l'autre ne vienne te dire : cède-lui la place. Tu auras alors la honte d'aller occuper la dernière place. Mais, lorsque tu es invité, va te mettre à la dernière place, afin qu'au moment où viendra celui qui t'a invité, il te dise : mon ami, monte plus haut. Alors ce sera pour toi un honneur devant tous ceux qui seront à table avec toi. En effet, quiconque s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé. (Luc, 14,7-10)

Le titre qui a été donné à cette péricope : « la première place » permet de penser qu'on doit utiliser l'enseignement à un premier niveau en insistant sur l'humilité : « celui qui s'abaisse sera élevé » ! Mais on peut essayer une autre explication : si nous voulons que notre vie aît un sens, nous voulons pouvoir nous estimer, voir ce que nous VALONS et trouver à la vie un goût et un motif de la poursuivre jusqu'au bout. Cette considération, ce jugement porté sur la valeur de notre vie sont absolument nécessaires, car si nous ne croyons pas à la valeur de notre vie, pourquoi ne pas y mettre un terme et se suicider ? Il y a donc pour tout homme une véritable nécessité de croire à la valeur de sa vie, de son activité.

En face de ce désir de VALOIR, quelle est la réponse de Jésus ?

Jésus nous apporte une révélation mystérieuse et merveilleuse, telle qu'elle est exposée chez les Pères de l'Eglise et résumée par Saint Augustin dans cette formule tranchante : « Dieu s'est fait homme afin que l'homme devienne Dieu ».

En Jésus, la divinité n'a presque plus rien à voir avec celle qui apparaissait dans l'Ancien Testament : être Dieu ne signifie plus DOMINER, mais se donner sans mesure, se dépouiller, parce que Dieu est donné, qu'il ne garde rien, qu'il est tout AMOUR et GENEROSITE. Il faut que le MOI soit tout entier altruisme, élan vers l'autre et générosité totale.

En fonction de ce changement fondamental, la morale de Jésus n'est autre que : « mon ami, monte plus haut » car l'homme doit sans arrêt aller plus loin dans ses efforts, sans s'arrêter en chemin. Parce que l'homme ne peut se réaliser que divinement, il doit progresser et satisfaire ses désirs en allant jusqu'au bout, jusqu'à l'infini. Mais, fais attention, avertit Jésus : l'infini n'est pas de te mettre en vedette en tournant autour de ta personne, de ton MOI égoïste.

Jésus reconnaît qu'il y a en l'homme une immense aspiration à la grandeur, à quoi nous sommes appelés, mais comprenons bien Jésus : la suprême grandeur, c'est la suprême humilité, le suprême dépouillement ; savoir se quitter soi-même et se libérer de son EGO.

(Relire Ephata, l'Ironie Christique)

Claude Bédat