La prière - psaume 130 de Claude Bédat - Janvier 2016

Des profondeurs je crie vers Toi, Seigneur

Ce psaume fait partie des Cantiques des montées, appelés aussi Cantique du pèlerinage (les psaumes du 121 au 135), qui sont réunis pour servir de cantiques aux pèlerins de Jérusalem.

1 Cantique des montées

Des profondeurs je crie vers Toi, Seigneur,

2 Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive

A l'appel de ma prière.

 

3 Si tu retiens les fautes, Seigneur,

Seigneur, qui subsistera ?

4 Mais le pardon est près de toi,

pour que demeure ta crainte.

5 J'espère le Seigneur, j'espère de toute mon âme,

et j'attends sa parole ;

6 mon âme attend le Seigneur

plus que les veilleurs l'aurore ;

plus que les veilleurs l'aurore,

7 qu'Israël attende le Seigneur

car près du Seigneur est la grâce,

Près de lui, l'abondance du rachat ;

8 c'est lui qui rachètera Israël

de toutes ses fautes.

Ce psaume est intitulé « De profondis » parce qu'il commence par les mots « Des profondeurs ».

 

Le texte se compose de 4 parties :

1 les versets 1 et 2 qui sont l'invocation du début indiquent les deux personnages du psaume : le je

du psalmiste : « je jette mon cri » ; et le Seigneur, à qui on demande d'entendre ce cri.

2 La deuxième partie est centrée sur le Seigneur qui pardonne (versets 3 et 4)

3 Le psalmiste espère dans le Seigneur qui est attendu comme l'aurore (versets 5 et 6)

4 Apparition d'Israël qui est le troisième personnage du psaume (versets 7 et 8)

 

Ce psaume renferme une véritable anthologie de gestes corporels (les cris 1 - la voix 2 - l'attente 2 ), de symboles (la profondeur 1 – le gouffre 1 – la fosse 1 – l'oreille de Dieu 2).

Les mots du vocabulaire religieux (la prière 2 – les fautes 3 – le pardon 4 – l'espérance 5 – la miséricorde 7 – la grâce 7 – le rachat 7).

 

Quelques mots clés

1 - le symbole des profondeurs apparaît dès le verset 1 : dans la Bible, il est en liaison avec la mer, ou le gouffre ou le fond d'un puits. Le sens est de révéler une situation désespérée, proche de la mort, exemple le naufragé.

Depuis les travaux de FREUD, à partir de 1900, la civilisation occidentale y a associé des allusions aux profondeurs de la conscience où se révèlent l'angoisse, la nuit et le désespoir (relire Ephata N°s 401 et 429).

a) On trouve ce gouffre chez le prophète JONAS 2,3 qui crie « du sein du schéol vers Yahvé ».

b) Ne pas oublier de méditer sur la déroute de Jésus qui crie sur la croix « Mon Dieu, mon Dieu,

pourquoi m'as-tu abandonné ? » Math 27,46.

 

2 – Le verset 5 est important : « J'espère le Seigneur, j'attends de toute mon âme ».

C'est une des phrases les plus citées dans la Bible avec un sens spécial : elle signifie attendre avec confiance que quelqu'un vienne à mon aide. L'espérance est une grande attente, elle sous-entend la certitude que quelqu'un va me tendre la main.

 

3 – Aux versets 7 et 8, Israël entre en scène ; bien comprendre que, dans l'Ancien Testament, le lien (LIEN) entre l'individu et le peuple est la base de la vie en communauté : chaque individu vit en soi les drames du peuple entier, et Israël vit en lui-même les drames personnels de chaque individu.

 

Conclusion

1) Le psaume offre l'image d'un homme conscient de sa fragilité mais qui a confiance et espère

(versets 5 et suivants).

Aux versets 7 et 8, l'individu sait que le sort d'Israël se joue en lui et que la nation sera rachetée

de toutes ses fautes.

2) Ne pas hésiter à CRIER les attentes qui sont en nous, et à maintenir l'espérance en se répétant

sans cesse le verset 7 : « car près du Seigneur est la GRÂCE ».

    Claude Bédat