Peut-on se préparer à la vie éternelle ?

Il y a tant d'attitudes lorsqu'on pose le problème de la vie éternelle, qu'il n'est pas possible d'établir un fichier avec toutes les réponses. Certains refusent d'envisager le problème : les athées, les matérialistes n'y voient qu'une insulte à leur égard. Essayons de voir d'autres possibilités de s'affronter à ce problème, qui est en fait un MYSTERE.

I - S'en moquer

Parfois, lorsqu'est abordé ce problème si délicat, intervient celui qui s'est toujours fait passer pour le pauvre type qui pense mettre un terme au débat en disant : « je reconnais avoir commis beaucoup de péchés, mais je pense que Dieu aura pitié de moi et me fournira un strapontin pour assister au spectacle ». C'est là, bien sûr, une idée fausse : le Paradis n'est pas un spectacle et nous sommes en fait victimes des nombreux tableaux des grands maîtres de la Renaissance italienne qui ont aimé représenter des groupes d'anges en train de danser ou des processions de Saints en vêtements liturgiques, portant des palmes et chantant des psaumes.

II - S'y préparer

La vie éternelle n'est pas un spectacle, elle n'est pas après la vie, elle est dedans, elle est aujourd'hui. Jésus nous a appris qu'il s'est caché en nous, et Saint Augustin a longuement rappelé que Dieu, la Beauté, était cachée en lui alors qu'il la cherchait au dehors.

Comment Jésus est-t-il caché en nous ? Si nous ne l'avons pas rencontré, c'est parce que nous ne nous sommes pas rencontrés dans notre vie authentique. Voila pourquoi nous n'avons pas rencontré Dieu.

Dieu est un Dieu caché en nous, et nous souffrons d'être cachés à nous-mêmes. Nous pouvons cesser d'être cachés à nous-mêmes en descendant en nous dans les régions du silence, en construisant en nous une cathédrale du silence, où Dieu pourra venir.

Pour rencontrer Dieu, il faut échapper à notre « moi égoïste », et nous retrouvons ici le sens le plus profond de la prière : nous estimons que pour prier, il suffit de demander ; alors qu'en fait la prière des prières c'est celle qui fait le VIDE en nous pour que Dieu puisse le remplir : demander la venue de l'Esprit Saint.

Dans cette prière, il est nécessaire d'ECOUTER Dieu qui parle, car il parle silencieusement, en faisant de nous un simple regard d'amour vers Lui.

Redisons : le Paradis n'est pas un spectacle, le Ciel c'est la communion de notre être avec Dieu, lorsque les racines de notre intimité rejoignent celles de Dieu. Le vrai Paradis, c'est la connaissance et l'amour de Dieu qui sont cette lumière intérieure que nous devons devenir.

III - S'émerveiller

Il faut agir pour retrouver en face de Dieu une façon de vivre et de nous situer que nous ignorons : c'est l'émerveillement.

Le commentaire du grand physicien EINSTEIN (1879-1955) est très éclairant : « L'homme qui a perdu la faculté de s'émerveiller et d'être frappé de respect, est comme s'il était mort ». Et c'est vrai que l'homme qui s'émerveille se quitte, s'oublie, est délivré de lui-même ; il entre en contact avec une réalité qui le comble : il découvre son âme et ce Dieu qu'il ne cesse de poursuivre.

Pour le découvrir, il faut ECOUTER et créer cette dimension du SILENCE, car ce silence, c'est QUELQU'UN qu'on regarde et dont la Présence suscite sans arrêt l'émerveillement et le respect. Relire la conversation de Jésus avec la Samaritaine en Jean 4,1-30

IV - Trois questions

N'ayez pas peur de ces questions : elles vous aideront à voir clair en vous. Répondez-y en toute simplicité ;

  1. qu'est-ce que vous aimez le plus ?

  2. qu'est-ce qui vous émeut le plus profondément ?

  3. qu'est-ce qui vous établit de suite dans le silence ?

Votre réponse situera le cœur de votre religion la plus personnelle : ne l'oubliez pas et faites-y sans cesse référence.

Un peintre, un sculpteur qui vibrent quand ils sont en face des œuvres d'art du passé, celui qui s'émerveille de la beauté d'un lever du soleil dans la montagne, ceux d'entre vous qui êtes sensibles à la musique et êtes transportés en écoutant Bach, Mozart et tant d'autres musiciens, tous vous faites une découverte, vous vous émerveillez et vous PRIEZ.

Redécouvrons avec joie, émerveillement et respect cette Beauté toujours nouvelle et ancienne qui n'est pas au-dehors de nous, mais, comme aimait le répéter St Augustin :

AU DEDANS DE NOUS.

Claude Bédat